JAMES DARLAYS - p>18 JO livre en direct
 of The Olympia Big Band of Paris, and others © - Message de l'entreprise

  JO                   P.18  du site               livre 5eme page en Net                  (paragr.26 du site)

                ***          suite livre sur Net                                                      ---- retour  p.17 ----
                                                                                                                                             EMM
                                                                               CHAP.37 (du livre)
Bien sûr, reparlons de la situation, l'idéal serait, sera, sera t il ? d'avoir un lieu de prestations parisien ? Un vieux théatre désafecté, celà existe t il? Le Big Band de l'Olympia en ferait ses grands dimanches et autres jours. Jazz, concerts, chanteurs, quintet , ect... tout ce qui en ce moment n'est qu'en salles très connues ou quelques clubs de jazz, mais rare. Après nous irons bien de temps en temps chez les autres, et aussi vers l' Olympia, s'il le veut ? mais ce n'est pas le but. Chacun des artistes a de nos jours ses accompagnateurs dont certains de chez nous, et on ne va pas changer les époques.Par contre, changer d'éléments au gré de places laissées par ceux qui sont demandés ailleurs c'est le secret pour faire entrer des nouveaux, des jeunes, créer des talents, du mouvement.
--On peut rêver!?-- mais l'été , direction Jazzaparc, et le soleil.
JO n'allait il pas rechercher des musiciens pour ses galas. Certes, ils n'étaient pas en évidence, dans la fosse, derrière le trou du souffleur, vu du podium, mais on les voyait un peu de la salle... En général , c'était des membres de l'Orchestre de l'ORTF . J'allais , mais pas souvent...voir cet endroit du souffleur, qui ne communiquait pas avec les musiciens.  Il me fallait du courage, car traverser seul le dessous de scène c'est la seule chose qui ne me plaisait pas, enfant. Il y avait trois ou quatre marches, et on avait vue sur la scène, en plein spectacle,à ces moments là il n'y avait pas besoin d'une personne, compte tenu des programmes de JO.  S'il y avait un passage de comédiens, il était court et c'était pour  annoncer leur pièce dans une autre salle, à un autre moment, par exemple aux Célestins. Ils avaient leurs textes en toute possession . C'était de même pour parfois des extraits d'opéra, avec d'excellents solistes. Pas question de concurrencer, mais juste de donner envie au public d'aller voir les programmes du Directeur Camerlo. Le jazz, il était en ondes et  microsillons, et viendra juste les derniers temps, avec quelques concerts et le Hot Club de Raoul. Je me suis engouffré dans cette direction, quelques années après ce qui m'a changé du manque de JO, et tout à la fois a prit forme, musique, jobs, famille, potes. Il faut quinze ans pour qu'un jazzman possède son art dans les doigts. Pour le chant ce n'est pas identique, le travail évolue par paliers.
                                                                                CHAP.38
C'est avec un groupe de Bourg dans l'Ain que je connus plein de musiciens , avec lesquels je suis toujours en relation, tout en même temps que j'avais des congrès, dans la région, avec des sages-femmes et  souvent le   Professeur Minkowsky, pédiatre célèbre et très apprécié dans son entourage. C'est une époque où le label de Franck Sinatra fit un effort particulier en poussant ses actions en radios en France, après New-York New-York, et j'appréciais en voiture, en allant et revenant des rendez-vous, les immortels succès qu'il a gravés en dernier, étant à cent lieues de penser que des français avaient été, aussi,  aux prises de sons avec Quincy Jones, et que j'allais les retrouver un jour; avec  le Big Band de l'Olympia (photo).
D'autres groupes m'ont emmené en Suisse, Allemagne on changeait de pays du jour au lendemain, etc... avec Cyrille et Laurent, pour finir par un concert sur la plage de Cannes. Il y a quelques temps nous étions au Hilton de Genève pour les Miss suisses. Dans ces moments là, tu n'as aucun problème , le son est parfait, la technique a rodé un matériel sérieux, l'enchaînement des titres est impeccable, le public est heureux, et toi, musicien tu es comblé.
Une technique que quelques années avant, bien après les années avec l' équipe musicale du Palais d'Hiver, tu as pu  vérifier, comme une des plus terriblement efficaces quand cette fois, tu la vois jouer avec toi et que tu te dis ... c'est le top, quel talent, quels talents, quelle musique! On grave du disque en direct sur sçène!
Une rencontre fortuite, je ne me souviens plus où?, avec un des collaborateurs du patron du Palais d'Hiver a été pour moi une aubaine. (R.Valéry)" Comment allez vous ? à bientôt je suis pressé, je rejoins les collègues et nous allons à Grenoble. Au fait ? venez avec nous... nous y avons programmé Jerry Lewis, ou rejoignez nous".
Ni une ni deux hésitations...je finis une course, 'je vous rejoins...au fait,où?... au Congrès ? ...etc...ok...Merci'; // Puis...le plein svp, -et trajet direct...un peu après- C'était un concert  unique, avec parisiens, provinciaux, grenoblois, sudistes, nordistes, beaucoup sur invitations, je ne sais si le film de la soirée existe ? si peu d' initiatives étaient déja  en pratiques à ce sujet,  je crois que le camescope sortait juste ?
Parlons du récital... car Jerry ne volait pas les minutes, en une traite, on en a le souffle coupé, mais on n'est pas stressé, l'étonnement ou la surprise agréable, sont à chaque titre, à chaque note, chaque sketch, et qui plus est, sketchs par les meilleurs musiciens du moment, intelligents, un son impeccable, un swing dément, une voix splendide, la classe décontractée, à rendre jaloux Dean Martin et Sinatra, juste les poursuites lumières nécessaires pas besoin de bling-bling en couleurs, bref je ne vais pas en dire plus... tant rien n'a été fait à ce stade depuis, mais certains tournent quand même bien autour de ce résultat, également doués, et tant mieux pour notre langue...: en somme tous les états d'âme plus le très sérieux au milieu du pire comique... le gag de charme, le charme du son,  le bon crooner à la S. Davis, son pote, qui perd tous ses moyens, ses musiciens, ses lacets, et ... qui sait ? venez nous voir, si on allons dans ce sens ?, si toutefois je me sors des galères où je suis en ce moment !.. (sans trop rêver pourtant, car nous n'avons pas les mêmes moyens , en amont, nous sommes avec de très bons atouts sur les planches dans le pays, nous avons le métier et les dons, mais nous ne nous voyons pas inviter mille personnes gtatuites raisonnablement; Oui car  ailleurs, il est préféré dix mille à un prix d'entrée à faire peur à la carte bleue, et avec ce nombre , plus de variété de styles sont attendues par les publics, et tant qu'on ne te connait pas à fond ton public a toi est épars ...);   Alors la qualité mélangée aux dons, il faudra attendre encore, et d'abord entendre parler en medias d'élections, d'érections, d'éjections,   détection (sauf en art, on ne sait pas faire), et si vous n'aimez pas ça, n'en dégoutez pas les autres...(M.Chevalier, Willemetz, Yvain). Il n'y a pas le moindre consentement possible pour un gala allant à l' équilibre financier, pour l'art, sauf en TV, car  il faut faire de partout de la 'tune' à tout prix, ?  la rentabilité exagérée ou tout dérive en utilisation de l' art,  peut mener à  l'appauvrissement de celui-ci? .J'espère me tromper sur ces dernières lignes? J'espère que le concert moyen et 'carton' aura encore des adeptes, en salles moyennes . Dans ce cas, on est bien au chaud, à l'air sain, à la sono bien réglée, au plus avec 1, 2 ou 3 mille personnes, et on est ici entre familles. Faut-il un renfort du mécénat dans les arts importants? voire considérés comme n'en ayant pas besoin ? ; oui certainement, n'hésitons pas, qu'il soit privé ou non, car disons le,  l'artiste n'est pas celui qui demande le plus dans les prestations, et parfois il se peut que les intermédiaires  mènent au non-affichage des expressions culturelles à force de 'gourmandise'. Il serait intéressant de cultiver le mécénat dans des cas particuliers , à mon avis . Nous en reparlerons certainement un peu plus loin, car notre projet S.D.I. est un exemple mettant TOUS les artistes dans un système les aidant à produire.
                                                                                CHAP.39
Des mots chantés par M. Chevalier, 8 lignes avant... et en même temps (septembre 2013), une bizarre attaque du passé de Piaf, en y ajoutant tant qu'à faire Trenet, Maurice, etc... car elle aurait chanté pendant la guerre, aurait habité au dernier étage d'une maison où des prostituées avaient été vues, composant 80 chansons, mais ""étant suspecte de ne pas  être contre l' occupant""? . Ce, ou ces journalistes, 73 ans après, lancent le 'buzz' à mon avis, pour de l'argent avec n'importe quelle raison. Déja il faut qu'ils sachent qu'on met des années pour faire 80 chansons, il faut de la concentration et on est hors du temps, et même une guerre peut passer entretemps, et  quand vous êtes sur scène d'autre part, vous ne voyez pas (la rampe lumière à l'époque, maintenant c'est pire) clairement le public, et  si des occupants sont là, une jeune chanteuse n'est pas très musclée pour aller les déloger et n'est pas au contrôle des entrées...! --Pierre Dac a dû dire, à la BBC, entre messages bons et messages 'bidons' , "la connerie est à votre porte" / "attention à la voisine du premier, elle mange ailleurs" / "j'aime le boudin" / "le cordonnier est aux Baléares"...?-- qui sait ,  et Dac avait après la guerre, tous les disques d'Edith Piaf.  JO à cette époque , se faisait appeler 'Toto', puisqu'un de ses prénoms était Octave, et qu'il était sympathique un pseudo entre copains, et en plus... un nom 'pas sur la boîte aux lettres' pendant les années de guerre , valait mieux et servait. Son arme la plus redoutable était un vélo noir (moins voyant le soir; en couvre-feu), un peu, voire beaucoup  lourd, sans dérailleur donc silencieux, et se conduisant sans rechercher le chemin, comme ayant un pilote-automatique tant il connaissait toutes le directions. Il avait un job officiel, vers un gros fabricant de boîtes à vitesses, grosses, et (jamais toutes, sinon ils auraient tous été fusillés) une de celles ci, de temps en temps, partait avec un pignon mal serré, et 'ça devait casser bientôt, vu qu' il y avait des chances pour que ça aille sur un camion étranger...!' -On faisait ce qu'on pouvait, et c' était déja bien-. J'avais reçu ses confidences, et je me suis souvenu de ce détail, quand mon premier fils, tout petit, cherchait chez son autre grand-père, des "pignons, pignons,..."! Mais ce n'était que des petits champignons sur l'herbe après la rosée; j'avais eu peur quelques secondes qu'il aille fouiller dans les outils de jardin et trouve un truc rouillé, et suis vite revenu à l'état d'esprit de candeur que nous apportent nos petits, si adorables, qu'on en aimerait tellement qu'ils restent toujours des bambins.
Ce soir, je n'ai pas de prestation musicale ici ou là, et j'ai mis en route au hasard, en revenant de  chez des amis, étant seul  pour des raisons aussi de hasard personnel ce jour, chacun devant voir ses familles,  l'émission Fr2  'hier encore', très bien présentée qui semble en honneur périodique d'invitation pour Aznavour. Je la prends en route. Bonne surprise, Cordy,  aussi au fond Sébastien, Aufray, Grégoire, etc...et Lama chante un Bécaud. Enfin on m'écoute un peu sur ne Net ?? ou c'est le hasard ? Plutôt le hasard.  Un orchestre c'est déja ça !  accompagne en direct, on voit mal les musiciens, mais n'en demandons pas trop.  Juste un commentaire de Charles Aznavour: "Gilbert Bécaud avait de la 'bonne  jalousie' envers moi".Ah bon ?!
Je peux dire qu'il n'avait ni bonne ni mauvaise jalousie pour personne,... bref. Une chanson de Berger, c'est super...une autre 'pour' Nougaro.., dans cette émission, puis pour Ferrer,  je rêve donc , mais ? pas de public, sinon il semble non filmé? Le passage Nino Ferrer m'émeut, puisque j'étais en sa première  partie , très jeune, avec Bob Asklof , devant des milliers de gens. Puisqu'il y a R. Voisine dans l'émission, et c'est écrit ici en direct (le livre), pendant Dave j'écris donc , je tiens à rappeler une chose qui m'a marqué, où R.Voisine était, mais où il n'est pour rien dans l'histoire. Je vais m'expliquer, me demandant si j'aurai un jour une possibilité d'être convié dans ce genre de choses ? Du coup je vais certainement fermer le poste, car c'est dur de ne pas être à la place personnelle qui devrait vous aller, en auteur-interprète, de temps en temps.Pour la suite, Zidane, Deschamps ou Thuram peuvent témoigner.
C'était, disons en 2000-2002 ??? à quelques mois près. Les footeux français étaient champions du monde depuis 1998, et Aimé Jacquet sort son livre à ce sujet, et une page est consacrée aux soirées à Tignes. Cet entraînemant avait été capital en 1998, avec le ski, l'entraîneur de montagne 'pull rouge' Patrick Dongegay, faisait des heures sup. avec les soirées aux chandelles, et les épouses la dernière semaine du mois. Les footeux se ressourçaient, et prenaient un moral de gagneurs. Dans les ingrédients inventés par Aimé Jacquet et Louis Emile, il y avait la guitare et la voix de l'entraineur de ski , le soir, Patrick donc, mon ami et voisin l'été , à deux kilomètres d'ici.
Le livre d'Aimé Jacquet sort, et parle de celà; Jacquet passe chez Drucker un dimanche, c'est programmé, et invite cinq joueurs de l'équipe, Emile, et P.Dongegay avec sa guitare , qui sait avec son pull rouge? le pull de l'Ecole de Ski français.
En effet l'équipe sera qualifiée en 2002, et viendront les entraînement en France préliminaires,comme en 98.
C'est même Drucker qui téléphonera deux fois à Patrick "venez bien, on compte sur vous" ! Ah l'arnaque...
Patrick ira, avec sa guitare , dira bonjour à tous, attendra les instructions, Aimé est heureux; puis ...??? l'assistant de Drucker vient lui dire "vous ne passerez pas, R.Voisine est de passage non prévu à votre place, pour un autre sujet, au revoir"...Maintenant la chanson est donc sur Internet , elle est facile à trouver, exceptionnelle de vérité et d'atmosphère des bleus, et donc pas enrégistrée sur Tv , et l'aller retour de 1600 km est pour les frais de l'entraîneur de ski-chanteur. C'est ça France 2 ?? C'est ça Drucker ?, dites moi (Jonasz) que ce n'est pas possible ! D'autre part, les footeux ont raté l'atmosphère adéquate et raté la Coupe 2002. Qui sait ...? si cette émission avait été , il y aurait  existé peut être un autre contexte? car Tignes ne s'est pas passé de même qu'en 98, cette fois en 2002, et les pull rouges n 'en ont rien eu à 'foutre'.
                                                                                   CHAP.40
En peu d'années avec lui, et pourtant très très jeune, gamin (mais c'est là qu'on voit et entend tout) je n'ai jamais entendu un reproche fait sur JO, ni après; c'était certes une autre façon d 'organiser un évènement, mais jamais je n'ai vu ou senti une quelconque pagaille ou erreur de taille dans le déroulement. Au pire, on remet la participation à une autre fois, mais j'avoue que 10 ans après, pour son cas, Patrick n'aura pas d'appel, ni d'excuses de Fr2... et que s'est-on fait mettre dans les buts entretemps en équipe foot championne en 98 et pas sélectionnée après; les  équipiers de Blanc à Karembeu, et tous les autres peuvent en témoigner... c'est quand on veut:  Patrick a préparé la gagne avec Jacquet, Emile, depuis Tignes. Que l'on me confie un temps d'antenne, et je ferai  chanter Patrick...Il y a un autre chanteur que je ferai chanter, c'est Paulman, ce chanteur-compositeur avec une voix un peu dans le style de M. Brant que je n'ai pas revu depuis son disque enrégistré aux studios Guillaume-Tell. J'ai été conquis par sa voix et ses chansons, bien construites. J'ai fait le saxo dedans quelques jours, et puis à la fin (car c'était une seule semaine au départ pour la réservation des studios),appelé ailleurs, j'ai dû me faire remplacer par Christophe Negre, le musicien de Goldman, qui a terminé un titre ou deux. Les studios avaient été repeints entièrement en noir...! c'était ainsi, un peu spécial, du fait de la demande impérative de Prince qui avait loué après Paulman, pendant quelques temps après, les lieux chez "Guillaume Tell" avec la technique.
Une vie de JO, avec les dérapages vers mes souvenirs et notre époque actuelle, c'est un peu le but du jeu. Réduisons le temps, les années, les périodes sans relief. Une vie de JO, dont nous parlions un peu plus haut, intense, précise, culturelle, de sympathie envers tous, d'aide aux artistes avec" l'Amicale des Artistes" qui l'avait élue Président, et tout celà sans grosse voiture, avec un train de vie modeste, sans téléphone portable, sans Internet encore inventés, et même en partant d'auprès de nous si vite que Louise (cette maman en Tv avec un President, voir plus avant), sa veuve a , plus tard, oublié de faire compléter ce qui était son dû, pendant presque trente ans de retraite, avec des compléments dont JO auraient eu droit, en âge de ne plus travailler, pour la Fammac membre et président de section, sans compter son temps bénévole : -ah, l' agenda était aussi bien rempli-, avec ses liens au Secours Mutuel, entreprise privée médicale qui gère les cliniques Mutualistes, ce dont  elle, n'a jamais eu besoin, sa santé étant bonne.
Le santé n'est pas aussi bonne vers tous. Nous venons d'apprendre que Jacky Mallerey a laissé les podiums !, podiums qu'il ne voyait plus depuis quelques temps car malade. Beaucoup de monde, et un hommage vibrant a été fait dans sa ville, à Bons-Secours, orgue et compositions de Jacky avec Marcel Azzola, qui était là pour rendre hommage à son ami. Les ainés tiennent le coup et on ne les remerciera jamais assez.. Certes, certains diront mais...? quelle relation ?
Alors, moi je signale, je constate, je récite, je connais la musique. JO avait Jacky dans son entourage, comme du reste l'autre accordéonniste Roger Crelat qui accompagna Mick Micheyl (elle n'a pu venir et l'a signalé, par contre Simone Garnier était de l'hommage; quatre générations étaient présentes). Jacky se fut donc derrière Barbara , Azzola  ce fut derrière Brel ('Vezoul' ça vous dit?), Michel Godot avec Escudéro, ou Daniel Berrard avec Asklof  etc... J'ai connu Jacky en galas, vers l'an 2000, et nous avons swingué.  Je mettrai donc  ma photo prise avec Marcel Azzola son ami (quelle gentillesse dans le contact envers les artistes, comme les 'plus grands'), comme l'était Baselli, lors des adieux à Mallerey, sur mon site quand je le désirerai, certainement avant que quelques uns, pas tous, se disant dans le show-biz en télés, sur des fauteuils rutilants (tu mets une cuillère à soupe filmée en télé et ça brille aussi...), devant les caméras, -alors que c'est nous qui devrions musicalement détendre les téléspectateurs-, donnent  d'autres versions de ce qu' est le jazz et la chanson française, de ce qu'ils sont en ce moment. Rappelons quand même que nous nous signalons souvent, et qu'ils n'en tiennent pas compte, productions, animations et directions, et le comble: en France, ceci bien que nos titres soient dans les banques de titres des medias. Un choix, un click et ça part dans les oreilles... Il parait qu'hier, dimanche,en novembre 2013, Aznavour a dit "il y a eu un passage à vide de créations masculines pendant pas mal d'années...". Je comprends..., il suffisait et suffira de vouloir diffuser ce qui est reçu légalement avec les autorisations Sdrm, ce qui est aussi en Bibliothèque Nationale, en radio et Tv, pour avoir un autre avis, même si ce n'est pas une grosse édition qui s'en occupe, c'est la coûtume et le règlement . Rendez vous compte qu'on nous intoxique parfois en nous présentant les: "vous aurez donc pour untel, un disque dans six mois, une tournée dans un an, etc..." pendant que d'autres sont non promus, avec le tout enrégistré, et des spectacles hier et demain en cours dont on ne parle pas car il n'y a pas de 'major' derrière!..Je vais un peu plus enfoncer le couteau... il a existé une époque (existe t elle toujours) ou les productions radio-tv recevaient des disques échantillons avec en sous emballage des billets de 500frs, de 50€, et...PLUS...ce procédé existe t il encore en sous-main?..et ça venait de marques TRES connues...
Aznavour aurait dit aussi "je vais 'balancer' et écrire un livre", on verra donc mieux le panorama dans quelques temps !
On peut rappeler que nous avons des gouts en commun...j'aime beaucoup Zaz, et lui aussi, et on écoute toujours un ancien, sauf s'il vous dit entre quatre yeux  "le music-hall est le dernier des métiers à faire."!
Personnellement je perpétue mes autorisations pour Fm Go et Tv, qui peuvent à tout moment diffuser un panel de mes titres de par les échantillons reçus et les contacts Sdrm, et quelques professionnel de l'antenne suivent. Certes ce ne sont pas les titres les plus entendus...on en est loin.  Là on est battu à plate couture, par exemple, par la productions entre autres, de Stromae... ce dont on peut féliciter l'entourage promotionnel dans son efficacité. C'est un jeune aidé par les firmes qui à mon avis n'hésitera pas à s'élever face à l'injustice s'il en est victime ou témoin? on l'espère.
Pendant ce temps, on entend une triste nouvelle, le terrifiant funambule, Henrys, de Saint Etienne, qui a traversé un peu tout sur terre, et le Gtand Canyon du Colorado sur un fil, part de ce monde. France Télévision passe des extraits de l'Ina sur les cables, et je vois mon père (JO) lui serrer la main à sa descente, après une traversée du Rhône. 
Comme quoi il faut avoir l' oeil vif pour saisir deux secondes précieuse à titre personnel. Pour le présent, gardons donc le style 'montre sur internet' , avec les deux principales chaînes net-vidéos, même si tout y est sur ce net, et de tout le monde, dans tous les degrés de qualités, comme du reste tout manque, pour de nombreux artistes, mais sur les télévisions, dans les mêmes degrés de qualités. Parfois, il y a un miracle sur ces télévisions: on y voit un Michael. Grégorio mieux que tout ce qu'on attend d'un artiste ; plus talentueux que le talent à l'état pur. On ne s'en lassera jamais et on espère être 'imité' par lui un jour...Une réflexion: ' qu'il est difficile de choisir un exemple qui sera dans l'avenir dans la mémoire générale, pour que ce livre puisse donner des jalons pertinents dans le temps '.
L'année 2013 se termine. On ne pense pas qu'elle a été plus ou moins intéressante qu'une autre, et comme à chaque fois, on dit: la prochaine, soit 2014, 2015,seront 'encore' mieux... Pour un sportif en ce moment, Schumacher, planté au lit après un accident de skis ces dernières heures à Méribel, elle ne pourra qu'être mieux, s'ils y arrivent ces  médecins, car les heures actuelles sont cruciales. Le voir rétablit vite,  c'est ce qu'on  souhaite sincèrement, espérons. Ceci même si j'ai vachement peur intérieurement, compte tenu de l'âge du champion automobile, jeune , et l'écart avec son fils, gamin, qui ne le quitte pas, ce qui, s'il ne s'en sort pas de suite, me rappelle les terribles moments passés à toute vitesse, entre moi témoin , et la fin de carrière de JO Darlays père. Vraiment n'envisageons pas une situation plus grave que maintenant, où, comme je l'ai connu, un jeune irait alors dans vingt ans, après, se heurter aux incultes, sans repère du métier sinon sa  solide formation, et de taper aux portes: 'je m'appelle xxx... et je fais presque le même job qu'exerçait mon père xxx...', réponse >> "possible, je ne l'ai pas connu?.." repondrait un nouveau responsable qui s'en ficherait totalement! Non SVP: pas,! plus de ça.!. Il faut respecter , pauvres ou riches, les jeunes ou anciens, dans l'avenir, ou la mémoire de leurs réalisations passées, idem  aussi s'ils sont modestes et que la suite de leur job pro n'est pas flagrante en tète des affiches. Un sportif  immense est en danger en ce moment, et l'avenir de son fils, gamin aussi, et de sa famille; c'est valable pour tout autre , même classé loin, mais juste à quelques centièmes dans les résultats médiatiques, dans toute discipline. Ferrari et Mercedes croisent les doigts, d'autres prient. Tout grand sportif a logiquement des chances améliorées du fait de son hygiène de vie. Souhaitons que les toubibs arrivent au but avec  les moyen actuels qui sont en leurs mains. ...Leur victoire est attendue.
Quelques semaines se sont écoulées. Nous sommes en 2014, le conducteur des Ferraris semble pouvoir se réveiller ? le Midem à Cannes commence juste, et on annonce des prochaines Victoires musicales, avec certainement Stromae, pour ses prochaines règles (...), et on aimerait y voir St. Wonder qui lui n'en a rien à faire, ou bien le groupe D. Punk, "puisqu'  il a eu" une récompense aux USA... même si ici il n'a pas vendu beaucoup, et s'en fiche aussi d'être présent .Au fait les Victoires classiques devraient venir avant ? où sont elles passées sans qu'on s'en aperçoive ?
La France défile, la politique envahie les ondes, et nous sommes à pas mal de semaines d'élections. Ce sera à coup sûr intenable sous peu. La bonne musique manque, sauf sur certaines Fm, et fort heureusement , elles sont toujours là ces Fm , depuis 1981 et Mitterrand président, et sont la garantie que la musique restera à la portée des auditeurs de tous âges, sous une forme de sons, éduquant et formant les oreilles, tant que les images pourront ne venir qu'en désir second du vrai amateur mélomane. A l'époque de Debusy et autres, on ne considérait que les notes, ceci bien avant le visuel,  pourquoi faut-il que les images télévisuelles de nos jours , tentent de retenir devant l'écran les téléspectateurs comme si le cinéma devait être permanent? un animateur aura t -il un jour l'audace de dire " écoutez nous, voyez nous distraitement, bossez avec nous en fond sonore, nos visages ne sont pas les mieux,et peu importe l'audience si le son est bon et que vous laissez vos appareils ouverts grace à celui-ci".






revenir page 17                                                suite >>>>>>>>                                               aller page 19