JAMES DARLAYS - p.35 'Un jour 1 Poilu'
 of The Olympia Big Band of Paris, and others © - Message de l'entreprise

 p.35    Témoignage   sur   FACEBOOK   recopié ci dessous  -- nos remerciements >> 
                THEME    "UN JOUR  UN   POILU"  également sur Twitter  >> merci à Jean Michel GILOT




·
#PoilusVerdun#1J1P : Claude SEGUIN, mort pour la France le 1er août 1916 au ravin des Fontaines, près Verdun.
Le saxophoniste James DARLAYS n'a pas oublié son grand-père Poilu mort à Verdun. En ces derniers jours du Centenaire de la bataille, il a tenu à lui rendre hommage.
Claude SEGUIN exerçait la profession de verrier à Villeurbanne, commune limitrophe de Lyon, où il est né en 1886. Classé "bon pour le service armé" par le conseil de révision du Rhône le 21 décembre 1914, revenant sur une décision de réforme antérieure (1908), il est affecté au 27e régiment d'infanterie le 21 février 1915.
Le 24 juillet 1916, il rejoint la région de Verdun avec son régiment qui a reçu pour mission de barrer aux Allemands l'accès au Fort de Souville. Affecté au ravin des Fontaines, il doit subir du 29 au 31 juillet un véritable déluge d'artillerie (près 10 000 obus de gros calibre sur son seul secteur), annonciateur d'une offensive imminente. Déclenchée par l'ennemi le lendemain à 9 heures, celle-ci occasionne des pertes effroyables au sein de son régiment : 354 hommes, dont au moins 89 tués, parmi lesquels Claude Seguin, tué, selon une hypothèse vraisemblable, dans la matinée, lors des bombardements intenses qui ont anéanti la section du 27e postée au ravin des Fontaines (provoquant la disparition du sous-lieutenant Bluzat, de la 7e compagnie, à laquelle il appartenait), ou dans la soirée (20h) comme tendrait à l'attester son acte de décès rédigé 13 jours plus tard.
Raymonde, Henri et Louise, 6 ans, la mère de James Darlays, doivent désormais vivre sans père, dans des conditions matérielles difficiles. Louise SEGUIN travaille dès l'âge de 13 ans. Elle épouse Octave-Joseph GERBET, qui devient un célèbre "speaker" sous le nom de scène de "Jo DARLAYS". La famille fréquente alors de nombreux artistes de la scène française, dont Gilbert BECAUD, et connaît des heures plus fastes. Malheureusement, Jo DARLAYS décède prématurément à l'âge de 51 ans. Pour Louise GERBET, c'est bientôt le retour des temps difficiles, dont elle témoigne lors d'un entretien avec François MITTERAND filmé par Serge Moati en avril 1981 (rushes :
).


James DARLAYS, son fils, se souvient que sa mère l'emmenait dans un cimetière de Lyon, se recueillir devant une petite stèle en mémoire de son grand-père Poilu.
Malgré ses nombreux voyages à travers la France à l'occasion de ses tournées, il regrette de n'avoir pas pu encore s'arrêter à Douaumont, où Claude SEGUIN se trouve probablement inhumé, mais il se réjouit que ses enfants en aient le projet. Il espère bientôt remettre la main sur une photo de son grand-père, enfouie dans une malle de famille.
Beau témoignage de mémoire d'un artiste que vous pouvez retrouver en compagnie d'autres pointures du jazz sur YouTube... et en live !
James Darlays - Roger Guérin Quintet , My Funny Valentine
Avec Manu Dibango
How deep is your love des Bee Gees (sax James Darlays)
Claude SEGUIN, mort pour la France le 1er août 1916 à Verdun
Fiche "Mémoire des Hommes "
Fiche matricule :
Acte de décès :



décembre 2016                                                                                                           revenir page 1